chezmonveto

Nos conseils

Imprimer

picto La grippe équine


La grippe équine est une maladie redoutée par les propriétaires de chevaux et les responsables d’effectifs équins, en raison de son caractère contagieux et de l’indisponibilité qu’elle entraîne chez les animaux atteints.


Virus de type influenza

Quel est l'agent responsable et comment se transmet-il ?

 

L’agent responsable de la grippe équine est un virus (influenza de type A) ; s’il n’est pas commun avec le virus de la grippe humaine, il n’en possède pas moins des similitudes :

  • sa contagiosité : un cheval atteint, en toussant ou en éternuant, va  envoyer dans l’écurie et à ses voisins  une projection de sécrétions chargées d’une grande quantité de virus et transmettre ainsi la maladie.
  • ses mutations : le virus de la grippe équine a une forte capacité à se modifier au cours du temps. La conséquence est que le vaccin contre la grippe équine doit toujours s’adapter à ces évolutions pour être efficace.

Comment se présente la maladie ?

 

Après un contact avec le virus, la maladie va se déclencher après une période de 2 à 5 jours.

la caractéristique de la grippe équine est que généralement plusieurs chevaux présentent les mêmes symptômes en même temps :

  • forte fièvre : les chevaux atteints atteignent des températures rectales supérieures à 40°C,
  • toux sèche et douloureuse en quintes,
  • écoulement nasal liquide , non purulent,
  • perte d’appétit,
  • abattement général.

 

Certains chevaux, notamment les jeunes, peuvent développer des complications par surinfection bactérienne :

  • bronchite purulente (écoulements nasaux purulents),
  • pneumonie plus ou moins chronique pouvant entraîner un œdème pulmonaire.

 

Le cheval atteint de grippe doit subir une indisponibilité de 15 jours à 3 semaines, d’où des conséquences économiques graves dans un effectif  de chevaux de course ou de concours.

les signes cliniques de la maladie

après un contact avec le virus, la maladie va se déclencher après une période de 2 à 5 jours

la caractéristique de la grippe équine est que généralement plusieurs chevaux présentent les mêmes signes cliniques en même temps :

-              forte fièvre : les chevaux atteints atteignent des températures rectales supérieures à 40°C

-              toux sèche et douloureuse en quintes

-              écoulement nasal liquide , non purulent

-              perte d’appétit

-              abattement général

certains chevaux, notamment les jeunes, peuvent développer des complications par surinfection bactérienne :

-              bronchite purulente (écoulements nasaux purulents)

-              pneumonie plus ou moins chronique pouvant entraîner un œdème pulmonaire

le cheval atteint de grippe doit subir une indisponibilité de 15 jours à 3 semaines, d’où des conséquences économiques graves dans un effectif  de chevaux de course ou de concours


Comment s'effectue le diagnostic ?

 

Il sera établi par la reconnaissance des signes cliniques évoqués ci-dessus.

Des examens complémentaires de laboratoire pourront apporter un diagnostic de certitude :

  • mise en évidence du virus dans les écoulements nasaux,
  • recherche des anticorps par une prise de sang. Les animaux vaccinés auparavant subiront une double prise de sang pour mettre en évidence une montée d’anticorps et permettre ainsi une différenciation avec les anticorps vaccinaux.


Quel est le traitement de la grippe ?

 

Actuellement, il n’existe aucun traitement spécifique pour combattre directement les infections virales des chevaux.

Des anti-inflammatoires seront utilisés pour lutter contre la fièvre et des antibiotiques pour prévenir les surinfections bactériennes.

On dispose également de médicaments destinés à combattre les effets de l’irritation de la trachée et des bronches.

Le traitement sera complété par une mise au repos du cheval malade pendant une période de 3 semaines et ,si possible, il sera isolé pour éviter la propagation de la maladie.


Comment prévenir la contamination par la grippe ?

 

La prévention de la grippe équine fait appel à la vaccination qui, largement répandue, permet de réduire les signes cliniques et la contagiosité.

Elle est obligatoire pour participer à des épreuves officielles ou rassemblements. La réglementation est variable suivant les organismes qui gèrent les compétitions et l’élevage.

Le protocole minimal est la primo vaccination qui comporte 2 injections à 1 mois d’intervalle (entre 21 jours et 92 jours) avec rappel 6 mois après, puis tous les ans.

 

La vaccination des poulains se fera à partir de 2 mois si la mère n’est pas vaccinée, et à partir de 4 mois, si la mère est vaccinée.

L’immunité apparaît 15 jours après la seconde injection de la primo vaccination.

La vaccination est efficace (si le vaccin utilisé renferme bien les dernières souches mises en évidence) et n’entraîne pas d’effets secondaires néfastes.